« Le Figaro » contre le CCIF

« Extension du domaine de l’islamophobie »


Manuel d’Histoire de France

Le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) est l’objet d’une offensive coordonnée qui vise à le discréditer. Retour sur un article du Figaro publié le 3 juillet 2015.

L’article que publie Eugénie Bastié dans Le Figaro (« Extension du domaine de l’islamophobie », Lefigaro.fr, 3 juillet 2015) se veut une charge contre le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Libre à elle. Encore faut-il que son texte réponde aux règles élémentaires du journalisme, notamment recouper ses sources, ne pas prendre pour comptant les déclarations de quelqu’un sans les vérifier, ne pas écarter les faits qui démentent la thèse défendue.

On en est très loin, comme le montrent quelques exemples choisis parmi beaucoup d’autres. Eugénie Bastié reproche notamment au CCIF de signaler une hausse de 23,5 % des actes islamophobes au premier semestre 2015. Ces chiffres ne doivent pas être pris pour argent comptant ; mais a-t-elle été se renseigner ailleurs ? A-t-elle demandé au ministère de l’intérieur leurs chiffres ? A-t-elle consulté d’autres rapports ? Non, car ces autres sources, auraient toutes été dans le sens d’une explosion des attaques islamophobes en France au lendemain des attaques contre Charlie-Hebdo et l’Hyper cacher.

« Légende tenace »

Autre exemple, celui du meeting organisé le 6 mars 2015 contre l’islamophobie. Aucune information concrète n’est donnée sur cette manifestation à laquelle on participé, une centaine d’organisations, dont le Parti communiste et Attac. Bastié prétend que le CCIF aurait présenté Mustapha Ourrad, correcteur à Charlie Hebdo, comme victime de l’islamophobie. Or, si elle avait été présente, ou si elle avait simplement regardé la vidéo, elle aurait pu entendre que Samy Debah du CCIF le présentait comme « victime du terrorisme », pas de l’islamophobie.
Le summum de l’hypocrisie est atteint avec la recherche des origines du terme « islamophobie ». Elle note : « Contrairement à une légende tenace, qui fait du terme une invention des ayatollahs iraniens, la notion d’islamophobie a été employée pour la première fois par les administrateurs coloniaux français pour dénoncer certaines pratiques racistes de leurs collègues au tournant du XXe siècle. Le terme disparaît ensuite, confiné aux cercles universitaires ». Une « légende tenace » ? C’est un mensonge pur et simple inventé par Caroline Fourest et qu’elle a mis quinze ans à reconnaître. Mais la journaliste du Figaro ne peut l’écrire, car quelques lignes plus loin elle fait parler la faussaire pour lui faire dénoncer la réception du CCIF par le Parti socialiste et Jean-Christophe Cambadélis le 1er juin 2015. A propos du terme, jamais la journaliste n’expliquera pourquoi il est accepté dans toute l’Union européenne et qu’il n’y a qu’en France que la droite et une grande partie de la gauche le refusent.

Le retour de Mohamed Sifaoui

Eugénie Bastié fait référence enfin Mohamed Sifaoui, un journaliste dont le CCIF aurait demandé la tête au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Elle le cite : « “Le CCIF a été fondé par des militants islamistes proches des Frères musulmans, qui ont transformé le combat antiraciste en un combat identitaire, sans l’assumer”, analyse l’intéressé, victime d’une vague de haine sur les réseaux sociaux ». Vague de haine, la dénonciation des fausses lettres de créance journalistique de Sifaoui ? De la pseudo infiltration d’une cellule d’Al-Qaida à l’infiltration de la communauté asiatique (« La majorité des asiatiques que j’ai fréquenté n’a absolument rien à foutre de la communauté nationale. (...) Ils sont là pour gagner de l’argent. » déclare alors celui que, malgré ces propos ouvertement racistes, Dominique Sopo, président de SOS-Racisme défend désormais), en passant par la découverte du lieu où Estelle Mouzin aurait été enterré, autant de falsifications marquent la carrière de ce « journaliste ».

Enfin, Eugénie Bastié conclut en disant que les Français ne sont pas islamophobes, mais ont au contraire une très bonne opinion des musulmans. Elle cite un sondage, mais elle aurait pu les confronter avec les études sur plusieurs années de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCD) – une commission qui regroupe l’ensemble des organisations de défense des droits humains en France et qui travaille en coordination avec le ministère de l’intérieur – qui montrent que, pour la majorité des Français, l’islam est perçu de manière de plus en plus négative, bien plus que n’importe quelle autre religion.

Vous avez dit « travail journalistique » ?

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`