Boualem Sansal

« L’Arabistan est déjà dans vos rues »


Blaues Sofa - Boualem Sansal im Gespräch mit Barbara Wahlster

Dans Le Figaro du 16 septembre 2015, l’écrivain algérien Boualem Sansal, qui pourrait obtenir prochainement le prix Goncourt ou le Fémina, parle de son roman 2084 « soumis à une dictature religieuse rigoureuse qui s’étend sur tout l’Arabistan ». 15 jours plus tard, Le Figaro continue avec un portrait en forme d’éloge, Boualem Sansal contre les barbares, de ce prétendu « combattant » de la liberté pétri d’islamophobie.

Extrait du texte de Boualem Sansal

Vous serez en droit de me répondre que mon livre ne dit rien de ce qu’il conviendrait de faire pour que 2084 reste un simple conte noir. Vous aurez raison mais il faut se souvenir que tout ne se dit pas, les mots sont dangereux de nos jours, ils nous reviennent à la figure, les gens les entendent à l’envers, ils voient des amalgames et des phobies là où tout est simple et juste réalité. Le fait est que nous sommes tous, et vous en particulier, pris dans le piège de la taqiya.Ce fichu mot n’est pas traduisible, il est mystérieux comme la mort, sachez qu’il a à voir avec la ruse de guerre sainte et qu’il y a des siècles de malice et de magie derrière cette chose. Par un jeu subtil d’insinuations, d’accusations suggérées et de menaces voilées, de dénonciations vagues, d’incantations fiévreuseset de cris pleins d’un étrange silence, les champions de la taqiya nous inoculent le virus de la culpabilité et voilà qu’aussitôt monte en nous la honte de penser,la peur de dire et le refus d’agir. C’est le regard du serpent qui tue la souris, le venin et la constriction n’y ajoutent que la souffrance.Il est sûrement trop tard, l’Arabistan est déjà dans vos rues,mais votre combat n’en aura que plus de mérite.

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`