Omar Mateen ? Un tueur « made in America »

La rédaction /

La rédaction

Le 15 juin 2016, en réaction au traitement médiatique et politique de la fusillade d’Orlando, le militant néerlandais Che Brandes-Tuka publiait un post devenu viral sur son compte Facebook. Il y résume les informations sur le profil du tueur d’Orlando et en tire des conclusions à contre-courant. Partagé des milliers de fois, son statut Facebook a été supprimé et son compte bloqué quelques jours...

"Donc après des jours de reportages et de témoignages, voici ce que nous savons à propos du tireur d’Orlando :
Il était fils d’immigrés, né et élevé aux États-Unis.
Il a prêté allégeance au Hezbollah, à Al-Qaida et à Daech, trois organisations qui, nous le savons, sont en guerre les unes contre les autres, ce qui montre qu’il ne savait rien sur elles pas plus que sur la politique au Moyen-Orient en général.
Il ne connaissait quasiment rien à l’islam et d’après sa femme, son père et ses proches, il n’était pas du tout pratiquant.
Il était coincé dans une masculinité toxique, avait des problèmes d’alcool et battait sa femme, violences pour lesquelles il n’a d’ailleurs jamais été inquiété.
Il était raciste envers les noirs, les latinos et les autres minorités et a d’ailleurs principalement tué des queers racisés.
Malgré ses présumées propres inclinaisons queer, il était homophobe dans un pays où 1 membre des communautés LGBTQ sur 5 est victime de crimes de haine et dans lequel on recense plus de 100 projets de lois anti-LGBTQ (de l’opposition au mariage pour tous aux lois sur les toilettes genrées) dans une douzaine d’États.
Il idolâtrait la police de New York, l’une des institutions les plus connues et les plus prisées des États-Unis, qui a une armée plus grosse que celle de Daech et qui est connue pour espionner les musulmans de manière discriminatoire, injustifiée et disproportionnée et s’adonner à une violence systématique contre les noirs, les latinos et les autres minorités.
Pour gagner sa vie, il n’hésitait pas à tabasser des mineurs détenus dans des centres gérés par la société de sécurité G4S qui l’a formé. G4S n’est pas seulement l’un des acteurs principaux du complexe industrialo-carcéral aux USA, elle est également investie dans l’expulsion massive d’immigrés par le biais des centres de rétention dont elle assure la gestion et participe à l’occupation de la Palestine en formant des tueurs de masse israéliens au ciblage et à l’emprisonnement des palestiniens.
Il s’est adonné à une tuerie de masse dans un pays qui recense 1000 fusillades de masse au cours des 1200 derniers jours.
Donc en gros, il était ignorant, en conflit avec lui-même, raciste, sexiste, homophobe, avait une admiration malsaine pour l’autorité et était obsédé par les armes et la violence ; et c’est certainement ce qui l’a poussé à commettre ces crimes.
Désolé les gars mais votre soi-disant « terroriste islamiste radical d’Afghan » est aussi américain que la tarte que nous préparons avec des pommes bien de chez nous et que nous cuisons dans des fours made in America."

Le post original :
So after a couple of days of reports and testimonies, we know the following about the Orlando shooter :
He was a child of immigrants, born and raised in the United States.
He pledged allegiance to Hezbollah, Al-Qaeda AND ISIS, 3 organizations that are de facto at war with each other, showing he was ignorant about all 3, let alone politics in the Middle East in general.
He knew practically nothing about Islam and according to his wife, father and community he was not religious in the slightest.
He struggled with his toxic masculinity, had an alcohol problem and beat up his wife for which he was never charged.
He was racist towards Blacks, Latin@’s and other minorities and in the shooting killed predominantly queer people of color.
Despite his own alleged queer inclinations, he was a homophobe in a country where still 1 in 5 LGBTQ people are victims of hate crimes and there are more than a 100 anti-LGBTQ bills (from anti-gay marriage to bathroom bills) pending in dozens of states.
He idolized the NYPD, one of the country’s most well-known and cherished institutions that has an army bigger than ISIS, is known to indiscriminately, unwarrantedly and disproportionally spy on Muslims and which engages in systematic violence against Blacks, Latin@’s and other minorities.
He beat juveniles in detention centers over the head for a living as he worked for and got his training from the private security firm G4S, which is not only one of the foremost stakeholders in the Prison–industrial complex, but is also invested in mass deportations as it runs immigration detention centers and participates in the occupation of Palestine, training other mass killers in Israel to target and imprison Palestinians.
He staged a mass shooting in a country that has seen a 1,000 mass shootings in the last 1,200 days.
So basically he was ignorant, self-conflicted, racist, sexist, homophobe, had a sick admiration for authority and was obsessed with guns and violence, eventually acting upon all of that.
Sorry folks, but your supposed « Islamic radical terrorist from Afghan » is as American as apple pie made with homegrown apples and baked in an American made oven.

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`