Quartiers XXI

(Presque) plongée à Clichy-sous-Bois

Faïza Zerouala /

Faïza Zerouala

Retour à Clichy-sous-Bois, dix ans après les émeutes, et alors que se prépare la marche de la dignité du samedi 31 octobre. Pour cela, pas besoin de se rendre sur place.

Dix ans après les émeutes de 2005, notre reporter devait revenir dans la cité où tout a commencé. Mais, accablée par la canicule, elle n’a pas eu la foi de se rendre sur place. Heureusement, grâce à la lecture de la presse nationale, à l’écoute des radios généralistes et aux images des principales chaînes de télé, elle a pu rendre compte de la réalité du terrain sans y mettre les pieds. Immersion dans la banlieue médiatique (et les chevilles dans une bassine d’eau glacée).

En ce début d’été, la torpeur assomme le Chêne-Pointu, à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Des vaguelettes de chaleur se répandent tout doucement à travers la ville. Dans quelques jours, le ramadan débute, ce qui parachèvera d’anesthésier les esprits remuants. En bas des immeubles de la cité construite dans les années 1960 pour accueillir les flots d’immigrés venus d’Afrique du nord, des grappes de jeunes s’ennuient. Ils s’adossent aux murs lépreux et semblent attendre une libération qui ne viendra pas. Plus loin, des mamas arborant des boubous africains chatoyants et colorés, leur tripotée d’enfants autour d’elles, devisent au pied des tours qui comptent 1 500 logements. Elles rient, fort, si fort. Dans cette tour de Babel aux allures de Cour des miracles du 9-3, les scènes comme celles-ci paraissent presque incongrues tant le décor est apocalyptique. Des containers débordent d’ordures, des rats zigzaguent entre les poubelles, une forte odeur d’urine se dégage des halls d’immeubles aux portes cassées. Devant, des jeunes hommes au regard inquiétant font le « chouf » (regarder, en arabe) — le guet pour le compte des dealers qui gangrènent le quartier. Pour rendre leur mission plus confortable, les recrues, ces petites mains du deal, ont installé des chaises et tirent de longues bouffées de tabac aromatisé dont les volutes s’échappent des chichas et embaument l’air étouffant.

Article intégral sur le site de Quartiers XXI.

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`