« Marianne » toujours à la pointe

Reims : c’est faux, mais ça aurait pu être vrai


Reims, fin juillet 2015. Des filles qui se bronzent dans un parc, une rixe entre jeunes, et voici surgir d’on ne sait où des brigades islamistes cherchant à imposer un ordre moral. Et même après les démentis, Marianne persiste et signe.

Cet été 2015, la France a été, pendant 48 heures, secouée par un soi-disant scandale qui en dit long sur les dérives islamophobes des médias. Une simple altercation entre jeunes filles dans un parc de Reims s’est transformée en une action de commandos islamistes voulant forces « nos » jeunes filles à se rhabiller. SOS-racisme y est allé de sa manifestation, un chef d’oeuvre de ridicule filmé par les médias, et Gérard Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, bien silencieux quand il s’agit d’islamophobie a lancé deux tweeds vengeurs : « Agression scandaleuse qui appelle des sanctions exemplaires #Reims », « Pour une fois silence remarquable des habituels défenseurs de la “liberté vestimentaire” ». L’extrême droite s’est mobilisée aux côtés des soi-disant victimes. L’affaire va rapidement se dégonfler : elle n’a ni motif religieux ni motif politique.

On aurait pu croire que certains médias se tiendraient cois pendant quelque temps, on se trompait. Marianne, pour qui tout ce qui est islamophobe vaut la peine d’être soutenu, publie un entretien avec Jacqueline Costa Lascoux, ancienne présidente de la Ligue de l’enseignement, membre de l’observatoire rhone-alpes de la laïcité, qui explique, en substance, que ce n’est pas très important de savoir ce qui s’est passé à Reims, car on observe « l’émergence d’une police des moeurs ». Cela rappelle une fameuse injonction de Guibert de Nogent, au début du XIIe siècle, à propos du prophète Mohammed : « Et celui qui discuterait de la fausseté ou de la vérité des faits perdrait son temps ; car l’on ne doit prêter attention qu’à l’importance d’un tel maître, qui fut l’inspirateur de tant de forfaits si tristement fameux. On ne court aucun risque à mal chanter d’un homme dont la malignité surpasse de loin tout ce qu’on dira de plus mauvais. » En résumé, qu’importe que ce que l’on dise des musulmans soit vrai ou faux, ils sont tellement « mauvais » que tout ce dont on les accusera est encore inférieur à leurs crimes.

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`