A propos du livre de Nilüfer Göle

Vers une Europe post-occidentale


Le livre d’enquête de Nilüfer Göle sur les musulmans en Europe est une occasion de mieux comprendre la situation de ces populations mais aussi l’avenir du continent.


Article de Sonia Dayan-Herzbrun, publié dans La Quinzaine Littéraire, n° 1131, juillet 2015 et reproduit intégralement sur le site Islam & laïcité. Nous présentons les premiers paragraphes.

Voici plus de vingt ans que Nilüfer Göle interroge l’islam contemporain, en étudiant l’entrée de l’islam dans la sphère publique européenne, et en émettant l’hypothèse de modernités multiples, qui ne sauraient se réduire à un seul visage. Entre 2009 et 2013, elle a mené une vaste enquête (entretiens et discussions de groupe) dans vingt et une villes de différents pays européens où l’islam a fait irruption, devenant visible dans des espaces où on ne l’attendait pas, et qui sont ceux du vivre en commun. L’historienne Jocelyne Dakhlia, a mis en lumière, dans un ouvrage consacré aux musulmans dans l’histoire de l’Europe[1], la longue présence musulmane dans l’espace européen, mais aussi son peu de visibilité. C’est bien cette nouvelle expression publique de la foi par des musulmans qui cherchent à suivre les prescriptions religieuses dans leur vie quotidienne, sans plus se cacher, qui interroge. Nilüfer Göle ne la lie pas aux attentats, aux tueries, qui menacent les valeurs constitutives de la démocratie occidentale, et qui certes se situent dans une longue chaîne de controverses dont ce livre présente une remarquable analyse, mais qui sont condamnés, faut-il le rappeler, par la très grande majorité des musulmans vivant en Europe. L’Europe, dont il est question ici, est plus culturelle que politique : c’est l’Europe hantée par le spectre de l’islam, pour reprendre l’expression naguère utilisée par Maxime Rodinson et Edward Said. Elle englobe la Suisse, où a eu lieu en 2009 un referendum pour interdire la construction de minarets, ou encore la Turquie et la Bosnie, – tous pays qui ne font pas partie de l’Union européenne, mais qui sont autant de lieux de rencontre avec l’islam. Rencontre, au sens où la rencontre peut être duel ou dialogue.

Même si ce livre peut se lire comme une réponse tranquille à l’islamophobie, ce n’est pas la construction de l’islam comme problème[2] qui intéresse la sociologue, mais au contraire l’islam, sous ses formes diversifiées, tel que le vivent aujourd’hui les « musulmans ordinaires » citoyens d’un pays d’Europe, mais aussi les non-musulmans. La guerre en Bosnie avait mis en évidence l’existence d’un islam d’Europe. Celui-ci s’est implanté dans bien d’autres lieux traçant des configurations et des hybridités diverses. Si, comme le fait Nilüfer Göle, on prête attention aux transformations en cours dans la vie quotidienne des Européens et des Européennes, on voit se dessiner non pas une Europe binaire, scindée en deux, dans laquelle s’opposeraient musulmans et Européens, mais quelque chose qui ressemble à un tapis, tissé avec des fils de toutes les couleurs, « un tapis tissé par les multiples fils des citoyens, musulmans et non-musulmans, un produit collectif, presque anonyme, mais avec des motifs distincts indiquant les nouvelles manières de faire » (p.25). L’Europe, vue sous ce regard, est le lieu d’une créativité publique que dans sa démarche de recherche, l’équipe dirigée par Nilüfer Göle, n’a cessé d’encourager, incitant à remplacer le rejet et l’anathème par la controverse démocratique. (...)

Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam, Éditions La Découverte, Paris, 2015, 20€

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`