#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

Sihame Assbague /

Sihame Assbague

Journaliste par obligation.

Le 19 juillet 2016, jour de ses 24 ans, Adama Traoré mourrait asphyxié dans la cour d’une gendarmerie du Val d’Oise. Depuis, face aux mensonges d’État, aux occultations, aux pressions policières et politiques, la tension est à son comble. Il nous semblait important de revenir date par date sur cette affaire qui, si elle est loin d’être unique en son genre, dévoile toutes les facette de l’impunité policière et du racisme d’État.
À dérouler, en partant du bas.

Merci à Ahmed Ghazi, @chaouinette et @gottheblues pour leur aide précieuse.

Contre-attaqueR

« L’hypothèse d’un crime de haine ne doit être écartée qu’après une enquête poussée »

La ligne éditoriale de « Marianne » ? Ce sont ses lecteurs qui en parlent le mieux

« École ouverte à tous », disent-ils. Et les enfants rroms ?

« Marianne » et Fourest, le ridicule qui ne tue pas

« L’hypothèse d’un crime de haine ne doit être écartée qu’après une enquête poussée »

La ligne éditoriale de « Marianne » ? Ce sont ses lecteurs qui en parlent le mieux

« École ouverte à tous », disent-ils. Et les enfants rroms ?

« Marianne » et Fourest, le ridicule qui ne tue pas

`