#FreeMoussa

Moussa Tchantchuing réincarcéré, une affaire d’Etat


Après avoir annoncé sa libération lundi, son avocat et l’ONG BarakaCity annoncent un retournement de situation surprenant ce matin. A la demande du Ministère de la Justice du Bangladesh, Moussa a été réincarcéré. Son avocat parle maintenant d’une véritable affaire d’état.

Plusieurs communications sur Facebook nous informent de la réincarcération de Moussa.

Message de son avocat Samim Bolaky :

A la demande du Ministère de la Justice, Moussa est réincarcéré. Nous nous sommes rendus ce matin à la Cour de Cox’ Bazar afin de récupérer la copie exécutoire de l’ordonnance de mise en liberté rendue le lundi 11 janvier 2016 afin de lever l’écrou de Moussa. Nous constatons que l’ordonnance de mise en liberté a été vulgairement raturée à la main, emportant son annulation. Le Président de la Cour, qui a finalement accepté de nous rencontrer, nous indique que le Ministère de la Justice aurait donné des instructions sur ce dossier. Nous sommes choqués, estomaqués, stupéfaits par cette mascarade judiciaire ! La détention de Moussa est - aujourd’hui - devenue une affaire d’Etat.

Message de l’ONG BarakaCity pour laquelle travaille Moussa :

Nous venons d’apprendre il y a quelques minutes de notre avocat, que ce matin, lors de la venue de notre équipe à la cour pour récupérer les documents et appliquer la décision de liberté de Moussa (une décision de liberté confirmée par l’ambassade, et par le Porte-Parole du Ministère des Affaires étrangères) a été annulée par les hautes instances.
Nous apprenons que le juge qui a permis sa libération a été remplacé, et que le récépissé a été raturé à la main. Notre avocat nous affirme que seul le ministère de la justice bangladais aurait pu avoir le pouvoir de contrer cette décision validée par le juge et révoquée par le président de la cour. Nous sommes complètement déconcertés par ce nouveau rebondissement, qui nous laisse sans voix.
Les avocats sont actuellement en entretien avec le juge, nous vous tenons au courant dès que nous avons du nouveau...
Une chose est sûre, c’est une affaire d’état, une injustice confirmé par le ministère de la justice du Bangladesh. Nous vous demandons beaucoup d’invocations.

Cette décision vient annuler l’annonce de sa libération qui avait été confirmée le 11 janvier par le quai d’orsay.

Notre article sur le déroulé de l’affaire ici.

Pour signer la pétition pour sa libération : https://www.barakacity.com/freemoussa/

Contre-attaqueR

Les 5 problèmes majeurs que pose la nouvelle campagne de SOS Racisme

L’islam dans les journaux : étude d’un (mal)traitement médiatique, de 1997 à 2015

De Gérard Nouvet à Adama Traoré : ces morts « ne sont pas des faits divers »

Femmes, musulmanes et rhétoriques : en finir une bonne fois pour toutes avec l’expression « femme voilée »

Les 5 problèmes majeurs que pose la nouvelle campagne de SOS Racisme

L’islam dans les journaux : étude d’un (mal)traitement médiatique, de 1997 à 2015

De Gérard Nouvet à Adama Traoré : ces morts « ne sont pas des faits divers »

Femmes, musulmanes et rhétoriques : en finir une bonne fois pour toutes avec l’expression « femme voilée »

`