Désinformation

Un sportif accusé d’avoir « dédié sa victoire à Merah et à Abdeslam »

Marine Bequet /

Marine Bequet

Documentaliste

Magomed Guekhaiev, combattant de MMA (arts martiaux mixtes, anciennement combat libre ou free-fight) a été accusé d’avoir dédié sa victoire à Mohamed Merah et Salah Abdeslam lors d’un gala sportif à Montreux le 16 avril dernier. Or ses accusations sont fausses. Cette intox, qui trouve son origine dans un article de 20min.ch1, qui a depuis été corrigé, a été largement partagée par des médias francophones et des sites d’extrême-droite.

Tout commence le 19 avril 2016, quelques jours après le gala de MMA (arts martiaux mixtes, anciennement combat libre ou free-fight), par un article de 20min.ch qui titre : « Il a dédié sa victoire à Merah et à Abdeslam. » Se basant sur les témoignages de trois spectateurs, on pouvait y lire : « Après avoir remercié son entraîneur, le type a dédié sa victoire à ses frères de Toulouse et dans le monde, à Mohamed et à Salah, raconte Julien, qui se trouvait dans le public. Je suis persuadé que c’était clairement une référence aux terroristes Mohamed Merah et Salah Abdeslam. » Lui aussi présent, Halbat confirme : « Ensuite, il a parlé en arabe, je crois. Une amie marocaine assise avec moi m’a dit qu’elle était scandalisée par ce qu’elle a entendu. » David, également dans l’assistance, abonde dans ce sens. « Ceci était bel et bien un appel au jihad, estime-t-il ». On peut déjà s’étonner qu’un article titre de manière aussi définitive ce qui n’est finalement que des interprétations de spectateurs qui pensent avoir entendu, mais ne sont pas sûrs, mais peut-être, mais c’est sûrement ça.

Cette première version de l’article est largement relayée dans les médias francophones et sur les sites d’extrême droite. Gilbert Collard, Député RBM-FN, se fend même d’un tweet (depuis supprimé) qui sera partagé plus de 400 fois.

Le même jour, le compte youtube de Matskill Performance, le club sportif d’un des deux coachs de Magomed Guekhaiev, publie une vidéo de la scène où l’on peut voir le sportif crier « Allahou Akbar » à plusieurs reprises, dédier sa victoire à ses deux coachs et à « ses frères » de « Toulouse », et finir par « Salam aleykoum ».

A aucun moment Magomed Guekhaiev ne prononce ne serait-ce même que les prénoms des deux terroristes. S’il parle de « ses frères » de « Toulouse », c’est parce que c’est la ville où sont situés les clubs sportifs de ses deux coachs, Matskill Performance et Boxing Factory, qu’il vient juste de remercier, et non une allusion à Merah. Et la fameuse référence à Salah Abdelsam qu’est persuadé d’avoir décelé un spectateur ? Comme le dit l’organisateur du gala, Jean-François Collet, dans l’article corrigé de 20min.ch : « […] si un énergumène tatoué de croix gammées confond "Salam aleykoum" (ndlr : « Que la paix soit sur vous ») avec les prénoms des deux terroristes en question, on ne peut rien y faire. » Le communiqué de presse rédigé le 19 avril par les organisateurs de la Fight Night va dans le même sens : « L’organisateur de la Fight Night tient également à apporter certaines précisions et répondre aux critiques infondées du journaliste entachant l’image de la manifestation. Les allégations de ce dernier ne proviennent que de commentaires de quelques spectateurs, dont principalement un énergumène au comportement pour le moins pitoyable, portant des tatouages nazis, et qui a été sorti de la salle. »

Le discours de Magomed Guekhaiev ne contient donc aucune allusion aux deux terroristes, ni même d’« appel au jihad ». En revanche, la vidéo montre que le sportif a été sifflé et hué par des spectateurs au moment où celui-ci disait « Allahou Akbar », ce qui fait dire à un des commentateurs de l’évènement à la fin de celle-ci : « C’est très dommage, la réaction du public, il est juste croyant. »

Quelques heures après la publication de cette première version qui a été largement partagée, 20min.ch rectifie son article et écrit que le « Franco-Tchétchène ne fait que remercier son équipe et son entourage », tout en gardant cependant le témoignage de Julien. Le titre ne fait plus mention des deux terroristes et est remplacé par : « Allah Akbar » sur le ring : l’organisateur se défend » [1], insinuant donc toujours qu’il y a eu faute du côté du sportif et de l’organisation. Cette culpabilité est par ailleurs accentuée par le chapeau de l’article : « Lors d’une soirée d’arts martiaux, l’attitude d’un combattant a choqué la salle. Le responsable de la soirée donne sa version. »

Malgré ce rectificatif, l’intox se propage toute la semaine durant, notamment sur les sites d’extrême-droite francophones et les réseaux sociaux. Il faudra attendre des articles la démontant venant de médias comme Le Monde (via Les Décodeurs) ou Libération, pour qu’elle perde de son importance initiale et qu’un certain nombre de sites se résolvent à corriger ou à supprimer leurs articles.

***

Lire la lettre ouverte de Magomed Guekhaievsur la page Facebook de France Fight :

[1La version papier titre : « Malaise après un « Allah Akbar » scandé sur le ring »

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`