Rapport 2015 de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance

Montée des discours de haine


Le rapport 2015 de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance confirme la montée des discours de haine, notamment des responsables politiques, de l’antisémitisme et de l’islamophobie.

Communiqué du Conseil de l’Europe
Rapport intégral ici.

Strasbourg, 9 juillet 2015 – Compte tenu des conflits au Moyen-Orient, des actes de violence islamiste en Europe et des incidents liés à l’arrivée massive et sans précédent de migrants, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) voit dans l’augmentation spectaculaire de l’antisémitisme, dans l’islamophobie, dans le discours de haine en ligne et dans les discours politiques xénophobes les grandes tendances de 2014. C’est ce qui ressort de son rapport annuel publié aujourd’hui.

Les injures et les agressions physiques visant des personnes et des institutions juives ont considérablement augmenté. D’après le rapport, leur nombre a plus que doublé dans certains pays. Les tensions qui se sont exacerbées à la suite du regain de violence au Moyen-Orient en 2014 ont inspiré une animosité qui se répand à l’égard des Juifs en général. Des tendances antisémites de plus en plus marquées ont en outre été observées dans les communautés immigrées musulmanes, essentiellement parmi les jeunes.

Pour ce qui est de l’homophobie et de la transphobie, le bilan est plus contrasté : si des progrès ont été réalisés dans certains pays, des problèmes se posent dans d’autres où les personnes LGBT sont toujours en butte à la stigmatisation, à l’intolérance et à la discrimination.

Le rapport fait état d’une tendance croissante de certains pays à ne pas reconnaître la complicité des régimes collaborationnistes de la seconde guerre mondiale dans l’holocauste et d’un regain de sympathie pour l’extrême droite.

L’islamophobie, signalée dans de nombreux pays, neutralise les efforts d’intégration visant à mettre en place des sociétés européennes ouvertes. D’après le rapport, le développement de l’extrémisme et des mouvements islamistes violents a été instrumentalisé par des responsables politiques populistes pour présenter les Musulmans en général comme des gens qui ne peuvent ou ne veulent pas s’intégrer et donc comme une menace pour la sécurité.

Le discours public contre l’immigration a aussi été de plus en plus instrumentalisé par des formations politiques populistes alors que la guerre civile en Syrie, ainsi que les conflits, l’insécurité et la pauvreté dans d’autres parties de l’Asie et de l’Afrique, ont entraîné une augmentation sensible du nombre de demandeurs d’asile et de migrants qui arrivent en Europe sans bénéficier d’une aide suffisante et en se heurtant à l’hostilité de la population de la plupart des pays européens.

Dans son rapport, l’ECRI déplore la diffusion rapide du discours de haine par l’intermédiaire des médias sociaux et encourage les Etats membres à signer et à ratifier le Protocole additionnel à la Convention sur la cybercriminalité, relatif à l’incrimination d’actes de nature raciste et xénophobe commis par le biais de systèmes informatiques.

Seuls 18 des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe ont ratifié le Protocole N° 12 à la Convention européenne des droits de l’homme qui interdit la discrimination en général. L’ECRI invite l’ensemble des autres Etats à ratifier cet instrument dans les meilleurs délais.

L’ECRI, organe de protection des droits de l’homme du Conseil de l’Europe, composé d’experts indépendants, est chargée du suivi des problèmes de racisme, de xénophobie, d’antisémitisme, d’intolérance et de discrimination fondée sur des motifs tels que la « race », les origines ethniques/nationales, la couleur, la nationalité, la religion et la langue (discrimination raciale) ; elle élabore des rapports et adresse des recommandations aux Etats membres.

Pour de plus amples informations sur l’ECRI : www.coe.int/ecri

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`