Coordination contre l’islamophobie (CRI)

Ce que nous voulons


Créé par la Coordination contre le racisme et l’islamophobie, ce site offre une riche palette de témoignages, d’articles, de communiqués, d’informations sur les discriminations et les luttes.

Voici le texte de présentation du CRI par lui-même et l’adresse de son site.

LA COORDINATION CONTRE LE RACISME ET L’ISLAMOPHOBIE, son histoire

La coordination contre le racisme et l’islamophobie est une association loi 1901 qui a
vocation à défendre les victimes de « discrimination raciale ». Ce concept peut être entendu selon la définition d’Albert Memmi, sociologue, qui est la valorisation généralisée et définitive de différences réelles ou imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de légitimer une agression ou des privilèges ou selon Abdelaziz Chaambi, président de la CRI, comme la stigmatisation et l’essentialisation d’un individu ou d’un groupe en fonction de son appartenance réelle ou supposée à l’islam en vue de le discriminer, l’agresser ou l’exclure de la vie sociale.

Créée en 2008, elle trouve opportunément sa pertinence en France devant le phénomène grandissant des crispations identitaires qui marquent le pays, engendrant notablement un nouveau racisme appelé « islamophobie » non pris en charge par la plupart des associations de défense déjà existantes, en même temps qu’un « laïcisme », c’est-à-dire une surexploitation fallacieuse de la laïcité émanant de personnalités intellectuelles médiatiques et politiques qui influencent l’imaginaire social. CRI dénonce par ailleurs, cette dérive qui nuit à la cohésion sociale et à la démocratie française, ce pourquoi elle entend agir aussi sur le champ juridique, politique, social et médiatique en se constituant force de propositions.

Par ailleurs, depuis sa création, CRI a poussé le curseur de la lutte contre l’islamophobie sur le champ politique :

- en exigeant l’abrogation de la loi islamophobe sur le foulard du 15 mars 2004,

- en s’opposant à l’expulsion sans jugement de près de 200 imams ou militants,

- en manifestant contre la droite et la gauche et leurs politiques islamophobes.
CRI, outil moderne, réactif et proche de vous

CRI, ce sont des antennes qui s’étendent sur tout le territoire, de Lille à Marseille et de Toulouse à Besançon. Ce sont des bénévoles au service des victimes de racisme et d’islamophobie. C’est un réseau de communication très actif et réactif qui compte des milliers de visiteurs sur son site internet, Facebook et twitter.

CRI, son travail et ses missions

CRI a recensé près de 400 appels pour l’année 2014 de personnes victimes d’actes ou propos islamophobes et tout autant pour le seul mois consécutif aux attentats du 7 janvier 2015 à Paris. Rappelons que le racisme et l’islamophobie touchent particulièrement les femmes et les enfants et qu’il y a des faits avérés d’islamophobie, nous les avons collectés et catégorisés selon plusieurs critères :

- agressions verbales et physiques,

- refus d’entrée dans un établissement scolaire, administration ou service public en
dehors des règlements officiels,

- refus d’entrée dans un espace public, commerce, plage, bowling …,
discriminations sur le lieu de travail et exercices de pression,

- stigmatisation du vêtement dit « islamique », couvre-chefs, longues jupes, gants …,
obligation pour certains jeunes élèves de manger la viande non halal servie dans les cantines scolaires,

- attaque contre des lieux de culte ou commerces qui proposent des produits hallal,
enlèvement d’enfants au sein des familles dites « radicales islamistes »,

- agressions physiques contre des personnes portant un Tee-Shirt arboré d’un drapeau algérien entre autres.

CRI avec vous !

Cette responsabilité ne doit pas s’entendre uniquement dirigée contre la sphère politico-
médiatique, elle est aussi nôtre, citoyens français. Tous ici, nous devons nous saisir, pour le bien commun, de cette problématique de la cohésion de notre pays, et tout faire pour freiner et résorber ce fléau, ce que CRI entreprend à travers les missions suivantes :

- Agir auprès des victimes en leur apportant un soutien psychologique, administratif et juridique, cela de manière gracieuse,

- Sensibiliser chacun de nous ici en France et ailleurs sur la question de l’islamophobie qui menace notre paix sociale en organisant des conférences-débats et en communiquant dans l’espace public comme nous le faisons depuis plusieurs années afin de casser les préjugés, à l’exemple de « la journée de la femme » avec une distribution de roses qui permet des échanges avec les passants, action de proximité qui rencontre un réel succès,

- Porter la question de l’islamophobie sur le champ politique et demander à ce que la laïcité soit respectée et définie selon ses principes fondateurs et appliquée de manière égalitaire,

- Mener un dialogue et des mobilisations en direction des décideurs afin d’atténuer les
effets des politiques et décisions islamophobes tels que la loi sur les nounous ou le
fichage des élèves par le rectorat de Poitiers bloqué grâce à nos manifestations et actions grand public,

- Contrebalancer l’influence propagandiste du « choc des civilisations » des médias dominants en informant via nos propres réseaux de communication.

Cri mène ses actions sans aucun salarie permanent ni aucune subvention de l’Etat, ou des collectivités locales. Nous appelons donc à nous soutenir par vos dons, vos actions, votre écoute et votre responsabilisation citoyenne, afin de préserver notre autonomie, notre liberté de dénoncer et lutter contre les injustices d’où qu’elles viennent.

« L’espace public n’est pas, en bonne laïcité, l’espace de l’Etat, ou pas seulement et surtout celui de l’Etat, il est l’espace de chacun (dans son expression individuelle ou collective) et, en cela, il est une extension de l’espace privé dans les limites d’une "séparation" qui, elle ne peut pas s’étendre au détriment des libertés individuelles. » (Jean Baubérot)

32 BOULEVARD DES PROVINCES 69110 Sainte Foy-Lès-Lyon

Coordonnées bancaires : Iban FR02 2004 1010 0715 8358 9R03 878

Contre-attaqueR

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

#AdamaTraoré : chronique d’une affaire d’État

#MomentMarianne : chronique de cette « gauche » qui sombre

Assa Traoré : « Cette détention provisoire, c’est une vengeance insupportable du parquet de Pontoise »

`